Archive pour la catégorie ‘Démocratie’

Au lendemain des attentats, émotion, tristesse infinie et solidarité

samedi 14 novembre 2015

Le parti socialiste de Châtillon, au lendemain des attentats qui ont ensanglanté Paris fait part de son émotion, de sa tristesse infinie et de solidarité envers toutes les victimes et leurs familles.

La France est en guerre contre le terrorisme et contre Daech. La France est attaquée justement pour tout ce qu’elle représente, pour les valeurs qu’elle symbolise, pour toutes ces valeurs que nous aimons tant et qui forgent notre pays.

Le président de la République a pris les bonnes mesures dès hier soir pour garantir la sécurité des Français. Nous remercions toutes les forces de l’ordre qui sont intervenues, tous les personnels soignants qui se relaient sans relâche et tous les parisiens et franciliens qui ont manifesté leur solidarité.

Nous avons annulé ce week-end toutes les manifestations prévues dans le cadre de la campagne électorale et appelons à l’unité nationale et la solidarité nationales.

Tous unis, nous sommes forts et nous ne nous laisserons pas abattre.

Jean-Pierre SCHOSTECK : « La sinistre farce continue »… Oui, mais laquelle ?

lundi 9 novembre 2015

Dans son style inénarrable, tout en nuance, le maire de Châtillon, Jean-Pierre SCHOSTECK, écrit sur son blog que le gouvernement « continue de massacrer, le mot n’est pas trop fort, les collectivités locales »…

Venant de la part d’un maire qui a « massacré » les finances de la ville , à sa place, on ferait profil bas et on raserait les murs.

Quelques exemples de sa propre incompétence et de son clientélisme :

– ses emprunts toxiques dont on ne répètera jamais assez qu’ils ont endetté la ville pour des années en faisant porter la charge de la dette sur nos enfants et petits enfants.

– sa gestion du  » country club ». Il a ainsi loué pendant des années à  » prix d’amis » cet équipement public à une société privée, faisant perdre plusieurs centaines de milliers d’euros à la ville et ça n’est toujours pas fini malgré un essai tardif de redressement.

– sa gestion  » familiale » des emplois municipaux. Tout le monde connait cette famille dont la femme, le beau frère, avec comme cerise sur le gâteau la nièce en tant que stagiaire,  ont été embauchés par le ville.

– l’octroi pour 40 ans dans des conditions généreuses d’une concession de service public à la même entreprise qui gère le parking public Maison Blanche, les 2 marchés de la ville, tout cela dans l’esprit d’une rente…

Il écrit que la baisse de la dotation de l’Etat à la ville de Châtillon coûterait 3 millions d’euros. Mais, c’est encore beaucoup moins que ce que vont coûter ses emprunts toxiques.

En conclusion, il traite les élus socialistes « d‘incompétents » (sic). Mais, une fois n’est pas coutume, c’est celui qui dit qui y est… En tous cas, les élus socialistes de Châtillon n’ont encore jamais été condamnés comme lui à de la prison avec sursis et à une forte amende pour prise illégale d’intérêts pour avoir passé un marché sans appel d’offres à son beau-frère. « Je ne savais pas que j’avais pas le droit », a-t-il dit à son procès. Ah bon ? Et il veut donner aux élus socialistes des leçons de compétence ? On ne sait pas si elle est « sinistre », mais la farce Schosteck dure depuis trop longtemps : 32 ans…à la tête de la mairie de Châtillon, c’est une overdose.

La gauche et la droite, c’est pareil ?

dimanche 27 septembre 2015

Les week-ends se suivent et ne se ressemblent pas : après la pluie, distribution sous le soleil sur la marché de Châtillon ce dimanche matin. Une cascade de -mauvaises- nouvelles vient de tomber au sujet de décisions anti-populaires de la droite dans les Hauts-de-Seine :

  • A Clamart, la droite augmente de 40% les tarifs municipaux, cantines comprises. Alors que 2 millions d’euros y sont dépensés pour installer des caméras de vidéo surveillance.
  • A Neuilly-sur-Seine, seulement 4% de logements sociaux, soit 5 à 6 fois moins que le minimum requis…
  • A Asnières-sur-Seine, le maire de droite ferme l’épicerie sociale qui permettait aux moins riches d’avoir accès à des produits à tarifs cassés.
  • Le nec plus ultra, à Colombes, la maire UMP-LR ferme les jardins partagés où les habitants de cette ville pouvaient venir planter leurs légumes pour les remplacer par… des parkings.

On pourrait en écrire des pages ainsi. La droite fait payer la crise aux plus démunis. Il faudra s’en souvenir lors du 1er tour des élections régionales le dimanche 6 décembre 2015 (2ème tour, le dimanche 13 décembre 2015).

Un maire plutôt pitoyable

mardi 21 avril 2015

Lors du dernier conseil municipal de Châtillon, le maire, Jean-Pierre SCHOSTECK, n’a pas, une nouvelle fois, accepté la critique de l’opposition sur son budget et il s’en est pris à sa cheffe de file, Martine GOURIET. Voici les échanges en question qui frôlent la diffamation :

Martine GOURIET : (avec ce budget) on a double peine. Non seulement, on augmente les impôts locaux mais en plus on baisse les prestations…

Jean-Pierre SCHOSTECK : on a même une triple peine, c’est de vous avoir dans l’opposition.

Martine GOURIET : c’est sûr que vous seriez beaucoup mieux si vous étiez tout seul sans opposition.

Jean-Pierre SCHOSTECK : beaucoup mieux, oui. Beaucoup mieux, bien allez…

Autre échange de la même veine :

Martine GOURIET : je voulais juste indiquer au niveau du groupe socialiste que nous ne demandons pas à être rémunéré. Par contre, on demande à être respectés. Le fait qu’il y ait des débats dans l’opposition et quand même, c’est inadmissible que vous ayez dit que c’était une triple peine. Moi, je ne dis pas de vous, c’est une double peine.

Jean-Pierre SCHOSTECK : Oui, on peut faire un peu de trait d’humour, c’est dit, c’est fait. Deuxièmement, je ne veux pas ouvrir le débat ici, mais pour être parfaitement respecté, il faut être aussi parfaitement respectable. Et je ne souhaite pas m’étendre là-dessus, mais très franchement, je ne regrette pas ce que j’ai dit.

Bon, on n’en est pas encore aux beugleries de Patrick Balkany à Levallois-Perret (voir sur le site internet de Canal+, Le Petit journal du 17 avril 2015), mais on y glisse doucement. Jean-Pierre SCHOSTECK, sous prétexte d’avoir été élu par une majorité d’électeurs châtillonnais, croit que la ville est à lui et qu’il n’a plus de comptes à rendre. Ben, non, ce n’est pas comme ça la démocratie. Il y a une opposition qui est là pour défendre les intérêts des concitoyens et pointer du doigt ce qui ne va pas. Et ce ne sont pas les propos tenus par le maire qui vont l’en dissuader. Par exemple, si le maire avait écouté en son temps  l’opposition qui ne voulait pas des emprunts toxiques, on ne serait pas en ce moment en train de les rembourser à 22,5% d’intérêts sur le dos des Châtillonnais. Quelle gestion ! A la tête d’une entreprise, le maire aurait déjà été viré depuis longtemps par les actionaires pour avoir commis cette grave faute de gestion. A Châtillon, les actionnaires, ce sont les électeurs. A coup de 10% d’augmentation des impôts locaux, d’emplois municipaux réservés aux copains, de contrats mal ou pas négociés avec les fournisseurs, de baisse des prestations, ces « actionnaires » châtillonnais vont bien finir par renvoyer le maire à ses chères  études. Le plus vite sera le mieux.

PEMEZEC PRIS (ENCORE) LA MAIN DANS LE SAC… INCORRIGIBLE !

vendredi 10 avril 2015

C’est Le Figaro.fr de ce soir qui rapporte l’information :

« Le maire UMP du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) Philippe Pemezec a été condamné aujourd’hui, à Nanterre, à six mois de prison avec sursis pour avoir favorisé l’attribution d’un logement social à sa fille en 2012.

« Cette décision consacre une discrimination: quand vous êtes un élu, vos enfants ne peuvent pas, même s’ils y ont droit, prétendre à un logement social dans votre ville« , a dit son avocat Me Olivier d’Antin, à l’issue du délibéré rendu par le tribunal correctionnel de Nanterre.

L’élu de cette commune aisée, poursuivi pour « prise illégale d’intérêts », a également été condamné à 20.000 euros d’amende et trois ans de privation des droits civiques, « entraînant de fait son inéligibilité » selon Me d’Antin. Il a immédiatement fait appel, ce qui va suspendre l’exécution de sa peine.

L’affaire avait éclaté en avril 2012. La présidente du groupe PS au conseil général des Hauts-de-Seine, Martine Gouriet, avait écrit au procureur de la République à Nanterre pour lui demander d’ouvrir une enquête, expliquant que la fille de l’édile s’était vu attribuer un logement social en février. »

Sans commentaire.

DEPARTEMENTALES : LARGE VICTOIRE DE LA DROITE A CHATILLON

dimanche 29 mars 2015

Résultat pour la ville de Châtillon :

Voici les résultats du 2ème tour à Châtillon :

Votants : 9952

Exprimés : 9384

SEGRE-WIDLOECHER (PS) 3 789 voix soit 40,38%

BATAILLE-VASTEL  5 595 soit 59,62%

Malgré un excellent 1er tour à 27,8%, pour le PS avec un total gauche à plus de 44%, les reports des électeurs du Front de Gauche, encouragés ouvertement à l’abstention par leurs responsables, et des écologistes malgré les appels clairs de leurs candidats au soir du 1er tour,  ont été globalement mauvais au second tour. Une fois de plus, la division des électeurs de gauche a fait perdre la gauche et élire deux conseillers départementaux de droite en plus. Sûr que ça va faire avancer la cause des travailleurs et de l’écologie au Conseil départemental… Il s’agissait pourtant d’une élection locale mais certains ont souhaité en faire un référendum pour ou contre le gouvernement, une démarche qui s’est avérée suicidaire pour la gauche, la droite ayant maintenant dans ses mains 100% des pouvoirs locaux. Merci pour elle !
A droite, par contre, les électeurs FN du 1er tour se sont largement reportés sur la liste UMP-UDI.

RESULTATS DE FONTENAY-AUX-ROSES :

SEGRE-WIDLOECHER  44,66 %

BATAILLE-VASTEL : 55,36 %

 

VOTRE BULLETIN POUR DIMANCHE 29 MARS ! CELUI DE TOUTE LA GAUCHE *

vendredi 27 mars 2015

*exceptés quelques groupuscules d’extrême-gauche20150327_223834_resized

Dernière action vendredi soir au tramway à Châtillon

vendredi 27 mars 2015

mms_img-789928998_resizedUne vingtaine de militants PS et sympathisants ont diffusé vendredi soir de 18h à 19h30 un dernier tract appelant à voter pour la liste SEGRE-WIDLOECHER aux abords des stations du tramway de Châtillon afin de ne pas laisser tous les pouvoirs locaux à la droite UMP. Le député PS Jean-Marc GERMAIN ainsi que la conseillère générale sortante, Martine GOURIET étaient venus soutenir la candidature de Patrick WIDLOECHER, conseiller municipal PS de Châtillon (de face sur la photo). 

Errare humanum est…

vendredi 27 mars 2015

Les deux candidats de la liste présentée à Châtillon et Fontenay-aux-Roses au 1er tour des élections départementales par le Front de Gauche nous ont donné lundi dernier par texto leur soutien pour le 2ème tour vers 16h, soit  30 minutes avant l’heure limite de bouclage des documents officiels pour le second tour.

Du coup, quelques documents (environ 150 ex.) ont été imprimés, une petite affichette notamment, en reprenant (logiquement) le logo du Front de Gauche. Ce n’est que quelques minutes après que l’on a appris qu’en fait les deux colistiers en question, qui s’étaient présentés au 1er tour sous les couleurs du Front de Gauche, avaient donné leur soutien au nom du PCF et non pas du Front de Gauche.

Le logo du Front de Gauche a alors été immédiatement remplacé sur les matériels par celui du PCF. Il s’en est d’ailleurs fallu de très peu pour que cela ne soit plus possible pour la profession de foi qui était alors quasiment déjà en impression.

Donc, toutes nos excuses au Front de Gauche pour cette erreur et notre incapacité à pouvoir démêler en quelques minutes les subtilités internes de cette organisation. Nous sommes d’autant plus sereins que nous n’avons pas « perseverare diabolicum » (= persévérer dans son erreur est diabolique)…et très vite rectifié notre erreur.

Le Front de Gauche n’en a pas moins  distribué ce matin sur le marché de Châtillon un tract très agressif à l’encontre de la liste de Gauche et des écologistes pour le 2ème tour. En tout cas avec un ton inversement proportionnel aux 150 exemplaires malheureusement diffusés avec le mauvais logo vs les 38 000 professions de foi  plus 3 000 tracts, soit 41 000 exemplaires avec le bon logo du PCF…

On remercie néanmoins les responsables du Front de Gauche de ne pas avoir directement appelé à voter pour la liste de droite UMP-UDI pour nous punir de cette petite erreur… On a échappé au pire. Ouf ! On ne devrait pas leur dire, mais il sont trop bons avec nous.

UNIE, LA GAUCHE PEUT L’EMPORTER DIMANCHE PROCHAIN A CHATILLON-FONTENAY-AUX-ROSES

lundi 23 mars 2015

La liste SEGRE-WIDLOECHER a bien résisté dans un environnement national compliqué pour le Parti Socialiste. Elle réalise en effet 27,80% au 1er tour. A Châtillon, avec 27,21% elle recule de deux points seulement par rapport aux cantonales de 2011 qui se sont déroulées dans un contexte plus favorable, le PS étant dans l’opposition au gouvernement Sarkozy.

De leurs côtés, sur le total des deux villes, Europe Ecologie-Les Verts frôle les 10% avec exactement 9,95% et le Front de Gauche réalise 6,61%.

Ainsi, unie, la Gauche totalise 44,36% des voix soit près de deux points de mieux que la liste de droite UMP-UDI 42,61% avec un petit 41% à Fontenay-aux-Roses pourtant dirigée par son maire. Premier revers pour lui quelque mois seulement après sa victoire aux municipales de 2014.

Quant au Front National, avec 13,04%, il reste à peu près dans les mêmes eaux qu’en 2011 et ne peut se maintenir pour le second tour.
Celui-ci opposera donc dimanche 29 mars la liste de Gauche emmenée par Jacqueline SEGRE et Patrick WIDLOECHER à la liste UMP-UDI qui ne peut l’emporter qu’avec les voix du FN…

Maintenant, c’est aux électeurs de choisir : envoyer un énième conseiller de droite au Conseil départemental élu avec les voix du FN et donner à Châtillon et à Fontenay tous le pouvoirs locaux ou presque à la droite. Ou alors, élire deux conseillers de gauche déterminés qui défendront pied à pied les conquêtes et les prestations sociales tout en contrôlant au Conseil départemental les initiatives de la droite  ?

Pour les démocrates de tous bords, poser la question, c’est déjà y répondre. En effet, ils savent que la démocratie et l’éthique ont besoin de débats contradictoires pas d’une voix de son maître, en l’occurrence celle de Patrick Devedjian, déjà virtuellement réélu Président du Conseil départemental 92 .