Quartier Vauban : le maire et la conseillère départementale aux abonnés absents

Relayant des informations du procureur Molins chargé de l’enquête sur les attentats du 13 novembre, la presse s’est faite récemment l’écho du passage dans le quartier Vauban, la nuit suivant les attentats, d’un terroriste recherché par la police, Salah Abdeslam, toujours en fuite d’ailleurs. Celui-ci aurait notamment attendu sur le parking de la cité en question les personnes venues de Belgique pour le ramener à Molenbeck. Sans compter la ceinture d’explosifs découverte la semaine dernière tout près de la station de métro Châtillon-Montrouge…

De quoi provoquer un certain et légitime émoi dans la population de ce quartier populaire et des inquiétudes aussi. Jean-Marc GERMAIN, député des Hauts de Seine,  accompagné notamment de Nadège Azzaz, conseillère municipale et tête de liste pour les élections régionales ainsi que de Martine Gouriet et Françoise Montseny, conseillères municipales de l’opposition de gauche est venu samedi après-midi à la rencontre de ces habitants.

A leur surprise, ils ont appris de leur bouche même que ni le maire, Jean-Pierre Schosteck, ni la conseillère départementale ( les immeubles appartiennent pourtant à l’office départemental) n’étaient venus pointer leur nez dans le quartier pour apporter un soutien aux nombreux habitants des HLM de la cité. Ces derniers, qui se sentent déjà délaissés en temps normal, par exemple le problème du dysfonctionnement des ascenseurs qui perdure depuis des années dans les immeubles HLM de Vauban, avaient pourtant besoin, dans le contexte actuel, au moins d’une certaine forme d’empathie de la part des dirigeants politiques locaux, et notamment d’un soutien moral de leur part, et aussi, bien sûr, d’informations précises pour faire éteindre les rumeurs.

Et après on viendra s’étonner que les électeurs de ce quartier boudent chaque année un peu plus les urnes quand il y a des élections…

Les habitants du quartier Vauban ont aujourd’hui besoin d’être informés par les autorités sur les événements récents et leur suite et aussi que les dirigeants de la droite locale élus s’occupent de l’amélioration de leurs conditions de vie.

Enfin, pour être mieux considérés, nous ne pouvons qu’inviter les habitants de ce quartier populaire à se ressaisir et à retrouver le chemin des urnes, à commencer le 6 décembre pour le 1er tour des élections régionales. En effet, il faut savoir qu’il n’y a que ceux qui votent qui comptent aux yeux des politiques de la droite châtillonnaise.

Laisser un commentaire