Archive pour avril 2015

Un maire plutôt pitoyable

mardi 21 avril 2015

Lors du dernier conseil municipal de Châtillon, le maire, Jean-Pierre SCHOSTECK, n’a pas, une nouvelle fois, accepté la critique de l’opposition sur son budget et il s’en est pris à sa cheffe de file, Martine GOURIET. Voici les échanges en question qui frôlent la diffamation :

Martine GOURIET : (avec ce budget) on a double peine. Non seulement, on augmente les impôts locaux mais en plus on baisse les prestations…

Jean-Pierre SCHOSTECK : on a même une triple peine, c’est de vous avoir dans l’opposition.

Martine GOURIET : c’est sûr que vous seriez beaucoup mieux si vous étiez tout seul sans opposition.

Jean-Pierre SCHOSTECK : beaucoup mieux, oui. Beaucoup mieux, bien allez…

Autre échange de la même veine :

Martine GOURIET : je voulais juste indiquer au niveau du groupe socialiste que nous ne demandons pas à être rémunéré. Par contre, on demande à être respectés. Le fait qu’il y ait des débats dans l’opposition et quand même, c’est inadmissible que vous ayez dit que c’était une triple peine. Moi, je ne dis pas de vous, c’est une double peine.

Jean-Pierre SCHOSTECK : Oui, on peut faire un peu de trait d’humour, c’est dit, c’est fait. Deuxièmement, je ne veux pas ouvrir le débat ici, mais pour être parfaitement respecté, il faut être aussi parfaitement respectable. Et je ne souhaite pas m’étendre là-dessus, mais très franchement, je ne regrette pas ce que j’ai dit.

Bon, on n’en est pas encore aux beugleries de Patrick Balkany à Levallois-Perret (voir sur le site internet de Canal+, Le Petit journal du 17 avril 2015), mais on y glisse doucement. Jean-Pierre SCHOSTECK, sous prétexte d’avoir été élu par une majorité d’électeurs châtillonnais, croit que la ville est à lui et qu’il n’a plus de comptes à rendre. Ben, non, ce n’est pas comme ça la démocratie. Il y a une opposition qui est là pour défendre les intérêts des concitoyens et pointer du doigt ce qui ne va pas. Et ce ne sont pas les propos tenus par le maire qui vont l’en dissuader. Par exemple, si le maire avait écouté en son temps  l’opposition qui ne voulait pas des emprunts toxiques, on ne serait pas en ce moment en train de les rembourser à 22,5% d’intérêts sur le dos des Châtillonnais. Quelle gestion ! A la tête d’une entreprise, le maire aurait déjà été viré depuis longtemps par les actionaires pour avoir commis cette grave faute de gestion. A Châtillon, les actionnaires, ce sont les électeurs. A coup de 10% d’augmentation des impôts locaux, d’emplois municipaux réservés aux copains, de contrats mal ou pas négociés avec les fournisseurs, de baisse des prestations, ces « actionnaires » châtillonnais vont bien finir par renvoyer le maire à ses chères  études. Le plus vite sera le mieux.

LES JEUNES ET LA CULTURE PRINCIPALES VICTIMES DE LA MAUVAISE GESTION DU MAIRE

dimanche 19 avril 2015

Le dernier Conseil municipal de Châtillon était consacré au vote du budget 2015 de la ville. Doublement amputé par la baisse des dotations de l’Etat et la mauvaise gestion du maire Jean-Pierre Schosteck, deux sommes à peu près égales, ce dernier a tapé prioritairement sur les jeunes et la culture. Quelques exemples : suppression de la fête annuelle de Châtillon, des colonies de vacances de Choiseul, de la manifestation des Arts dans la Rue, diminution de 23% des subventions au théâtre et au cinéma, etc. Seuls les seniors, clientèle électorale du maire, sont épargnés. On leur supprime la galette des rois (faible impact budgétaire) pour mieux pouvoir  ensuite les mobiliser contre le gouvernement. Politicaillerie de bas étage. On en a l’habitude.

Pendant ce temps, et malgré les mises en garde répétées de la gauche, la ville de Châtillon commence à payer les erreurs en matière d’emprunts puisqu’à vouloir spéculer avec l’argent des Châtillonnais, nous voilà en train de rembourser des emprunts indexés sur la différence entre l’euro et le franc suisse (quelle idée !) avec un taux d’intérêts de…22,5% ! Sans compter les marchés de la ville non véritablement négociés car passés avec des vieilles connaissances.

Face aux critiques justifiées de l’opposition municipale, le maire a rapidement perdu son sang-froid en déclarant publiquement : « Madame Gouriet, vous n’êtes pas une personne respectable » (sic). Venant de la part d’un maire qui a été récemment condamné à de la prison avec sursis et à une forte amende pour prise illégale d’intérêts, il avait passé un marché directement sans appel d’offres avec son beau-frère,  cette insulte devient dans sa bouche surréaliste. En tout cas, ce comportement est indigne d’un premier magistrat.

Le Front National dans la majorité avec l’UMP, l’UDI et le MODEM

A Châtillon, on n’en est déjà plus au « ni-ni » de Sarkozy puisque le Front National, en votant le budget 2015 de la ville, rejoint naturellement la majorité UMP-UDI-MODEM. D’ailleurs, depuis qu’il est au Conseil municipal, le Front National a voté TOUTES les propositions de la droite. 100% ! Quand il était député, Jean-Pierre Schosteck avait rallié le groupe parlementaire de la Droite Populaire, dernière station avant le Font National. Cette-fois ci, les wagons semblent bien raccrochés.

POINTS COMMUNS

dimanche 19 avril 2015

Les trois communes des Hauts-de-Seine qui ont le plus augmenté les impôts locaux en 2015 sont dans l’ordre décroissant Levallois-Perret, Châtillon et Le Plessis-Robinson. Quel est leur point commun ?

Réponse : elles sont toutes les trois dirigées par un maire UMP récemment condamné par la justice…

Relation de cause à effet ?

Au Conseil municipal de mercredi prochain : hausse des impôts locaux + 10%

dimanche 12 avril 2015

Englué entre la diminution des dotations de l’Etat dans le cadre du plan gouvernemental d’économies et sa mauvaise gestion qui coûte à la ville de Châtillon des millions d’euros (voir notamment les 22% d’intérêts payés par la ville sur ses emprunts toxiques), Jean-Pierre SCHOSTECK s’est mis tout seul dans le corner. Il doit proposer ainsi une augmentation de 10% des impôts locaux au prochain conseil municipal mercredi prochain (19h30 à la Folie Desmares, rue de la Gare, en haut du Parc des Sarments, entrée libre).

Un malheur n’arrivant jamais seul, de nombreuses manifestations ou prestations vont être réduites voire supprimées.

Rappelons que les impôts locaux de Châtillon sont déjà parmi les plus élevés du département. Ce qui accentue le côté mauvaise gestion du maire et de sa majorité municipale. Quant à la pilule, elle va être dure à avaler par les Châtillonnais.

 

PEMEZEC PRIS (ENCORE) LA MAIN DANS LE SAC… INCORRIGIBLE !

vendredi 10 avril 2015

C’est Le Figaro.fr de ce soir qui rapporte l’information :

« Le maire UMP du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) Philippe Pemezec a été condamné aujourd’hui, à Nanterre, à six mois de prison avec sursis pour avoir favorisé l’attribution d’un logement social à sa fille en 2012.

« Cette décision consacre une discrimination: quand vous êtes un élu, vos enfants ne peuvent pas, même s’ils y ont droit, prétendre à un logement social dans votre ville« , a dit son avocat Me Olivier d’Antin, à l’issue du délibéré rendu par le tribunal correctionnel de Nanterre.

L’élu de cette commune aisée, poursuivi pour « prise illégale d’intérêts », a également été condamné à 20.000 euros d’amende et trois ans de privation des droits civiques, « entraînant de fait son inéligibilité » selon Me d’Antin. Il a immédiatement fait appel, ce qui va suspendre l’exécution de sa peine.

L’affaire avait éclaté en avril 2012. La présidente du groupe PS au conseil général des Hauts-de-Seine, Martine Gouriet, avait écrit au procureur de la République à Nanterre pour lui demander d’ouvrir une enquête, expliquant que la fille de l’édile s’était vu attribuer un logement social en février. »

Sans commentaire.