Archive pour février 2014

PROJET D’ECOLE ELEMENTAIRE GAY-LUSSAC: RETOUR SUR UN NOUVEAU SCANDALE MUNICIPAL

lundi 24 février 2014

La gauche et les écologistes réclament depuis plusieurs années des classes d’école élémentaires supplémentaires notamment dans le quartier de l’Aérospatiale pour faire face à l’afflux de nouveaux habitants. Jean-Pierre SCHOSTECK fait le sourd puis, à l’approche des municipales, s’emballe subitement. Il faudrait maintenant en quatrième vitesse lui approuver un projet de nouvelle école dans le quartier en question.  Quelques notes d’infos et un vote au conseil municipal du 18 février devraient suffire, pense-t-il, pour entériner une promesse municipale… Mais voilà… L’opposition ne se contente pas des maigres feuilles d’information dispensés au dernier moment par le Maire, se renseigne et, stupeur, découvre sur internet une étude datée du 8 janvier 2014 du cabinet spécialisé Semofi  Environnement effectuée sur les terrains de la future école…

UNE POLLUTION AUX METAUX LOURDS DISSIMULEE

Et qu’y lit-on ? Qu’il existe des concentrations élevées dans le sol pour le mercure, le plomb, etc. et significatives pour l’arsenic, le chrome, le nickel, substances classées CMR (Cancérigène, Reprotoxique et Mutagène) et susceptibles de provoquer à long terme des toxicités chroniques.

Interpellé en séance sur l’absence de ce document dans le dossier de présentation du projet de l’école soumis au vote des conseillers municipaux, le Maire se retourne (une façon inélégante de se défausser) vers une responsable administrative qui répond en écho aux deux conseillères de l’opposition venue la veille en mairie regarder la totalité du dossier : « Vous ne m’avez pas demandé cette étude sinon on vous l’aurait donnée»… Mais comment peut-on demander une pièce dont on ignore l’existence ?

L’opposition distribue alors à tous les conseillers municipaux l’étude de Semofi Environnement que tous ou presque découvrent. La pollution du terrain a donc bel et bien été cachée aux conseillers municipaux, de droite comme de gauche. 

J.P. SCHOSTECK REFUSE DE DEPOLLUER LES TERRAINS DE LA FUTURE ECOLE

Le maire reprend la parole et tente de minimiser le problème « A Châtillon, de toutes façons,  tous les terrains ou presque sont pollués, alors… ». Et de passer au vote du projet en précisant toutefois qu’il n’y aurait « pas de travaux de dépollution mais seulement un calfeutrage du terrain sous membrane ».

UN VOTE  DES ELUS UMP, UDI ET MODEM LOURD DE RESPONSABILITE

La majorité de droite, Modem compris, après avoir largement houspillé l’opposition sur des détails sans jamais revenir sur le fond du problème, vote le projet comme un seul homme, s’asseyant du même coup sur la santé des enfants, enseignants et personnels de la future école. Endosser un projet dangereux et monté à la hâte est une faute très grave qui ne peut-pas être sans conséquences. Au passage, c’est aussi un message clair à ceux qui pensent que la droite et la gauche, c’est pareil…

L’affaire, bien sûr, ne va pas en rester là. La Gauche et les écologistes demandent à ce qu’une étude définitive soit diligentée par le cabinet Semofi Environnement et que les travaux de dépollution qui seraient alors décrits comme nécessaires soient entrepris par la commune afin de garantir la santé des futurs occupants de l’école, c’est bien le moins.

Ce triste épisode de la vie municipale montre, mais en avait-on besoin ?,  que les beaux discours du maire sortant sur l’écologie (« Châtillon, vile éco-responsable ») ne sont en fait que des slogans sans fondements. Jean-Pierre SCHOSTECK, éco-responsable, oui, mais pas trop… Et « responsable » dans son action ? Pas du tout. La preuve par l’école…

DEMOCRATIE LOCALE : NOS PROPOSITIONS

samedi 22 février 2014

DEMOCRATIE LOCALE : NOS PROPOSITIONS

Touché ! Et bientôt, coulé ?

mardi 18 février 2014

A peine le tract « logement » distribué par la liste Martine GOURIET, que Jean-Pierre SCHOSTECK éructe : « torrent d’eau tiède« , « irréalisable« . Le candidat sortant est touché en plein coeur de sa politique de clientélisme, disons-le, d’un autre âge, qui attribue, sans aucun contrôle, les logements au gré de ses humeurs et à la tête du client.

« Irréalisable » le programme de Martine GOURIET ? Evidemment pour quelqu’un qui construit en moyenne 10-15 logements sociaux par an alors qu’il y a 1 000 demandes en attente, le moindre effort se transforme en sommet vertigineux  à escalader mains nues. Non capsice ?

Revenons juste sur une seule des propositions de Martine GOURIET, « Garantir la transparence dans l’attribution des logements par un système à points«  afin d’éviter passe-droits et clientélisme véreux. Il faut savoir qu’à Châtillon, c’est tout de même extraordinaire, il n’y a pas d’adjoint au logement… En effet, c’est le maire, seul en tête à tête avec la personne qui demande un logement, qui traite sa demande. Dialogue en lieu clos mais porte ouverte à tous les favoritismes. Pas étonnant que quelques copains et coquins, que tout le monde connait, occupent aujourd’hui indûment des logements sociaux. Il y en a même qui s’en servent pour loger la structure administrative de leur entreprise…

Alors, cette mesure de système à points avec accès permanent au classement des demandeurs de logements en tenant compte de différents critères objectifs (ancienneté de la demande, situation familiale, habite dans un logement trop petit ou insalubre, etc…) , c’est de « de l’eau tiède  » ou c’est « irréalisable » ? Ou les deux à la fois ?… Nous on pense et beaucoup de Châtillonnais avec nous que la critique du maire,  c’est vraiment « fort de café »

LE LOGEMENT : LA PRIORITE DES PRIORITES POUR LA LISTE MARTINE GOURIET

lundi 17 février 2014

6a00d83452aea369e201a3fcbdc39c970b-320wi

PLUSIEURS CENTAINES DE PERSONNES JEUDI SOIR AU MEETING DE LA GAUCHE A CHATILLON

vendredi 14 février 2014



1922405_10151998649842956_1845552404_n 1912094_10151998651237956_20721531_n 1795570_10151998646312956_404735791_n
1234029_10151998662822956_297677616_n 16608_10151998638287956_371878362_n

JEUDI PROCHAIN A CHATILLON : VENEZ NOMBREUX !

jeudi 6 février 2014

Tract_A4_AVEC_PCF_HDTract_A4_AVEC_PCF_HD

C’est celui qui dit qui y est !

lundi 3 février 2014

« Préservons Châtillon de l’incompétence socialiste« , écrit dans ses tracts le maire sortant et bientôt sorti, Jean-Pierre SCHOSTECK. Comme le dit le bon sens populaire, c’est l’hôpital qui se moque de l’infirmerie !

Depuis 31 ans qu’il dirige la mairie, rien de plus n’existe en termes d’équipements collectifs que ce qui avait été construit par la mairie communiste…avant 1983 ! Stade, piscine, gymnase, médiathèque, maison de retraite, etc. tout a été construit par la municipalité de gauche de l’époque. Depuis, macache bono bezef. Rien ! Nenni ! Circulez, y’a rien à voir !

A Châtillon, seuls les promoteurs immobiliers ont construit, bétonnant, sans autre logique que l’appât du gain, les quatre coins de la ville, avec la bénédiction du « spécialiste-expérimenté-qui-sait-tout-mieux-que-les-autres-lui-qui-n’a-jamais-rien-fait-d’autre-dans-sa-vie-que-de-la-politique ». Et pourtant, depuis 8 ans que notre « expérimenté  » maire n’augmente pas les impôts locaux (nb déjà parmi les plus élevés du département), il a tout de même engrangé 10 à 15 millions d’euros supplémentaires d’impôts locaux chaque année par le simple biais de l’augmentation importante du nombre des habitants dans notre ville.

Alors, où est passé cet argent, monsieur « l’excellent gestionnaire » ? Il est passé, par exemple, à rembourser les emprunts toxiques contractés par notre « expérimenté » de maire. Encore plus d’un million d’euros envolés en 2013 et le pire est à venir. Ah oui, Jean-Pierre SCHOSTECK est bien un vrai « spécialiste » ! On serait mort de rire si sa politique ne venait pas en même temps vider les poches des Châtillonnais. Il est temps de siffler la fin de la partie.

Electeurs, pitié, le 23 mars, dès le premier tour, délivrez-nous du mal !

Votez pour Martine GOURIET et sa liste « Agir et vivre ensemble à Châtillon » !