Archive pour novembre 2013

PANIQUE A BORD !

mardi 26 novembre 2013

Les neuf derniers articles que Jean-Pierre SCHOSTECK a publié  sur son blog sont essentiellement consacrés à des attaques contre Martine Gouriet et le Parti socialiste sans oublier le gouvernement. Prenant en compte inconsciemment tous les scrutins qui se sont déroulés à Châtillon depuis les dernières municipales de 2008 (cantonales, régionales, européennes, législatives, présidentielles) et qui ont tous été gagnés par la Gauche, le maire de Châtillon se la joue en permanence « underdog » et fait le challenger.

Lisez ses propos, ça détruit à toutes les lignes. Au passage, il fait ce qu’il reproche à l’opposition… C’est bien l’hôpital qui se moque de l’infirmerie.

Le maire en sursis de Châtillon ne construit donc rien. D’ailleurs, depuis 30 ans, à Châtillon, seuls ses amis les promoteurs immobiliers construisent…

Condamné par la justice pour prise illégale d’intérêts (marché passé sans appel d’offres avec l’entreprise de son beau-frère), Jean-Pierre SCHOSTECK est en train de glisser de plus en plus vite sur le toboggan de la défaite. Pas étonnant qu’il se livre en permanence à des batailles niveau bac à sable et qu’il donne à travers ses propos l’image d’un candidat challenger aux abois.

De son côté, Martine GOURIET préfère le débat avec les habitants de Châtillon. Après des rencontres ouvertes au public sur l’école, la santé, se profile pour le mardi 17 décembre une nouvelle réunion publique consacrée à un sujet fortement dans l’actualité, à savoir la fiscalité. C’est comme cela, hors des anathèmes, que la liste de Gauche, des démocrates et des républicains conçoit la politique.

Inscriptions sur les listes électorales jusqu’au 31 décembre 2013

jeudi 14 novembre 2013

6a00d83452aea369e2019b011720f0970d-320wi

JEAN-PIERRE SCHOSTECK A ENCORE PERDU UNE OCCASION DE SE TAIRE…

dimanche 10 novembre 2013

Le Maire de Châtillon se gausse de la récente notation financière de Standard & Poor’s qui a fait passer la France de la note « AA+ » à « AA ». « Quand un pouvoir faillit à ce point... » commente-t-il sans rire sur son blog qui n’est qu’un déversoir de haine contre le Parti socialiste et le gouvernement.

Outre le fait que les notations de Standard & Poor’s et autres agences de notation financières sont à prendre avec des pincettes, elles n’avaient rien vu venir en leurs temps, par exemple, du côté des subprimes ou de la grande entreprise américaine Enron qui a disparu d’un coup, rappelons simplement à notre maire qui joue les grands spécialistes financiers que passer de « AA+ » à « AA », c’est passer de « première qualité » à « haute qualité« . Il y  a pire…

Après, on trouve encore la série des notes « B », puis celle des « C » et pour certaines agences comme Standard & Poor’s, celle des « D ». En résumé, avec la note « AA », la France reste parmi les pays les mieux notés du monde. D’ailleurs, elle continue à emprunter sur les marchés avec les taux les plus bas jamais enregistrés, preuve que la confiance des financiers ne s’est pas envolée au contraire de ce que le maire essaie de faire croire aux gogos.

A en juger par la façon dont Jean-Pierre Schosteck gère depuis 30 ans les finances de la ville de Châtillon (impôts locaux parmi les plus élevés du département, emprunts toxiques en veux-tu, en voilà, investissements au ras de pâquerettes et dette de la ville, par contre, au nirvana, etc.), on lui donnera volontiers la note « D ». Ce qui signifie dans le langage des agences de notation : « en défaut« …

Les électeurs de Châtillon peuvent aussi lui mettre un « D » comme « Départ »…

Plus la ficelle est grosse…

dimanche 3 novembre 2013

Le Maire répète sans arrêt que les socialistes l’ont empêché de regrouper tous les services de la mairie dans l’ancien bâtiment de l’Aérospatiale. Oui, c’est vrai. Tout simplement parce que le montage imaginé par le maire, ou plutôt les promoteurs immobiliers qui le manipulent comme une marionnette, aurait coûté 15 à 20 millions d’euros aux finances de la ville, donc aux contribuables. Il y a assez d’erreurs de gestion à Châtillon depuis des années pour en rajouter une de plus. La coupe est en effet pleine depuis longtemps.

Cela n’empêche pas le maire de mettre tous les dysfonctionnements de la ville  sur le dos de cette opération (heureusement) avortée : ainsi, des conditions de travail des employés de la mairie qui n’auraient pas pu être améliorées. Simplement une question : comment se fait-il qu’en 30 ans à la tête de la mairie, le maire n’ait pas pensé plus tôt à améliorer les conditions de travail de son personnel ? Et puis, beaucoup de ces employés habitant à Châtillon, ils y auraient été de leur poche pour payer cette facture de 15-20 millions d’euros à travers la fiscalité locale. Des employés qui se paient indirectement l’amélioration de leurs conditions de travail, il fallait y penser. Jean-Pierre Schosetck l’a fait…

Idem pour la suppression du centre médical psychologique (CMP) pour enfants pour laquelle la non-transformation du bâtiment de l’Aérospatiale a une nouvelle fois bon dos. Et peut-être aussi qu’il y aurait eu plus de terrains de sports pour les jeunes à Châtillon si les socialistes n’avaient pas fait échouer le projet ? Le maire aurait sans doute construit un terrain de foot sur le toit du bâtiment en question ? Et puis une maison des jeunes dans les étages ? Et une maison des associations ? Et des logements sociaux (il en a construit 100 en six ans, soit 15 par an alors que la demande est de plus de 1 000 !). Et une nouvelle piscine dans les sous-sol ? Et puis.. C’est un gratte-ciel que le maire voulait construire à la place de ce bâtiment ? On s’interroge…

Un politicien professionnel incapable de gérer correctement le développement de la ville

Bref, tout le monde l’a compris, l’opération avortée du maire sur les anciens terrains de l’Aérospatiale, parce que les socialistes ont simplement défendu l’intérêt des contribuables châtillonnais, sert de cache-misère à la politique de surplace qu’il mène depuis qu’il a été élu il y  a 30 ans. En effet, hormis quelques rafistolages ici ou là, les seules constructions nouvelles depuis 30 ans à Châtillon sont le fruit …des promoteurs immobiliers qui ont fait, avec sa complicité et depuis des lustres, main basse sur la ville.

Cette incurie du maire en matière de gestion est à chercher auprès d’un homme qui n’a jamais fait autre chose que de la politique. Et ce politicien professionnel qui n’a jamais de sa vie travaillé dans une entreprise ou eu le courage de monter sa propre affaire, voudrait maintenant donner des leçons de gestion aux socialistes de la ville dont certains d’entre eux occupent des postes à très haute responsabilité dans les plus grandes entreprises françaises ou ont développé leur propre activité dans le secteur marchand. Pôvre de lui. Chacun appréciera.