Devoir de mémoire…

Jean-Pierre SCHOSTECK, maire condamné par la justice, et espérons-le, bientôt par les électeurs, se défend sur son blog : oui, reconnaît-il, la masse des impôts communaux a bien augmenté ces 8 dernières années au regard de l’augmentation du nombre des habitants sur Châtillon. Mais, on s’en est servi pour répondre à l’augmentation des besoins sociaux (crèches, écoles, etc..) qui s’en est suivie, explique-t-il…

Certes, mais quelles réalisations sur Chatillon depuis 30 ans (hors celles construites par les promoteurs immobiliers bien sûr) ? Nada ou presque ! Tout ce qui existe à Châtillon comme équipements collectifs dignes de ce nom (stade, piscine, médiathèque, etc.) a été construit par la municipalité de gauche dirigée par un maire communiste… dans les années 70 et au début des années 80… Depuis… 30 ans de droite RPR-UPC-UMP-etc, on s’y perd dans les sigles… Ca fait un bail, non ? La piscine construite à cette époque n’a par exemple jamais été vraiment rénovée et elle ne va pas tarder à être fermée si aucun investissement n’est fait prochainement pour la remettre en état.

En fait, ce qui a progressé depuis 30 ans, hormis le nombre des habitants et la masse des impôts communaux récoltée, c’est par exemple, le clientélisme ou le nombre d’enfants par classes dans les établissements scolaires ou encore le bétonnage de la cité.

Châtillon a besoin d’une autre politique, innovante, solidaire et responsable, qui associe, en cette période de crise économique, les habitants à la définition des priorités. Besoin aussi d’une plus grande transparence dans la gestion de la ville. La politique, ce n’est pas, ça ne peut pas être, les gens m’ont élu, donc je fais ce que je veux jusqu’aux prochaines élections… La démocratie, c’est autre chose.

 

Laisser un commentaire