Jean-Pierre SCHOSTECK, bonneteur…et truqueur.

Vous connaissez tous le jeu du bonneteau : un jeu d’argent dans lequel le bonneteur mélange rapidement trois cartes après les avoir retournées, le joueur devant deviner où se trouve une de ces cartes… A tous les coups le joueur est grugé quand il ne se fait pas en plus chiper son portefeuille par un complice.

A Châtillon, c’est une image, le bonneteur, c’est son maire, Jean-Pierre Schosteck. Il veut en effet nous faire croire que Châtillon est « un îlot de résistance fiscale« (sic). Ni plus, ni moins. « Le taux des impôts locaux n’augmente pas depuis 8 ans » répète-t-il comme un perroquet dans ses multiples publications (UMP, UPC, Châtillon Informations, tracts, etc.)*

La belle affaire. En huit ans la population de Châtillon est passée de 28 000 habitants à environ 35 000 soit une augmentation d’environ 25%. On a le droit de penser que la MASSE des impôts communaux récoltée durant ces huit années aura suivi cette progression.

Donc, si les taux des impôts communaux n’augmentent pas par ménage depuis huit ans, comme il y a beaucoup plus de ménages en nombre à Châtillon, il y a un total d’impôts communaux récoltés évidemment plus élevé. Vous suivez toujours ? Alors, la bonne question arrive : les Châtillonnais ont-ils perçu dans leur vie de tous les jours une amélioration en rapport avec cette MASSE d’argent supplémentaire qui  a été engrangée par les finances de la mairie depuis huit ans ?

Monsieur le Maire, patience, les Châtillonnais vous donneront leur réponse les 23 et 30 mars 2014.

*Au passage, ça n’empêche pas Châtillon d’être toujours une des communes des Hauts-de Seine qui possède les impôts locaux par habitant les plus élevés….

Laisser un commentaire