C’est celui qui dit, qui y est…

Sur son blog, Jean-Pierre SCHOSTECK accuse une nouvelle fois les élus socialistes de Châtillon d’être des menteurs. Une obsession chez cet élu, on pourrait même dire un toc. Heureusement, lui qui aime la vérité vraie, il aura l’occasion de la dire au juge, rien que la vérité, toute la vérité, les 4 et 5 juillet au tribunal correctionnel de Nanterre où il devra expliquer les marchés qu’il a passé  avec son beau-frère sans appel d’offres… Et ça, ce n’est pas un mensonge des socialistes.

Alors, de quel mensonge des socialistes s’agirait-il cette fois selon le maire ? Ceux-ci l’auraient  accusé à tort de vouloir fermer les deux centres de psychiatrie installés sur la commune.

En fait, la fermeture des deux centres était bien programmée puisque les élus socialistes en avaient été avertis eux-mêmes par les personnels des centres en question. Du coup, les élus socialistes sont intervenus au conseil municipal. Mais, devant la non-action du maire, ils ont décidé ensuite de diffuser un tract d’information et de lancer une pétition qu’ils commençaient à faire signer Aux Châtillonnais outrés dimanche dernier sur le marché.

Miracle !

Le maire vient d’annoncer que l’un des deux centres serait conservé à Châtillon. Et le second, que devient-il ?… Ne serait-ce pas plutôt le début de la mobilisation organisée par le Parti socialiste qui aurait fait revenir le maire sur sa première décision ? Et le menteur ne serait donc pas ceux que l’on croyait ? Mais plutôt celui qui dit ? Comme d’hab ‘.

Le maire est tombé bien bas pour s’amuser à ce type d’enfantillage politicien. A 71 ans, tout de même ! C’est comme quand il se lance lors du dernier Conseil municipal dans une diatribe contre les technocrates, lui qui n’a jamais rien fait d ‘autre dans sa vie que de la politique, et malheureusement souvent de la politique politicienne autour d’un clientélisme répugnant.. Quand on vous dit que c’est toujours celui qui dit, qui y est…

Laisser un commentaire