Archive pour juillet 2012

On l’a échappé belle !

dimanche 8 juillet 2012

Le best-seller de l’été (déjà 60 000 exemplaires vendus) est un livre écrit par la directrice de cabinet de Patrick Devedjian, Pdt du Conseil général du 92. Intitulé « Le monarque, son fils, son fief », il raconte la vie politique du département côté UMP et soutiens de Sarkozy. Chaque vrai personnage y est affublé d’un pseudonyme. Celui choisi pour Philippe PEMEZEC est tout un programme : Cinglé Picrochole. L’auteure qualifie notre ami de « têtu, beliqueux et vindicatif ». Et plus loin, elle écrit  : « Impulsif et bagarreur, il est incapable de se contrôler et pratique l’injure couramment. Pour lui, les hommes se divisent en deux catégories, les vrais mecs et les pédés »… Pour information, Picrochole est un personnage de Rabelais qui ne réussit jamais ce qu’il entreprend et qui entre régulièrement dans des conflits absurdes et ridicules. Le mot « picrochole » vient du grec et signifie notamment  « mauvaise humeur »…

La directrice de cabinet de Devedjian raconte plus loin dans son livre une scène qui se déroule aux abords de l’hémicycle du Conseil général lors d’une séance :  » Cinglé Picrochole passe devant moi en m’ignorant ouvertement, le visage contracté par cet air de mépris et de fureur qui ne le quitte plus (…), il s’éloigne, puis soudain fait demi-tour et revient vers moi d’un pas décidé (…). Je le salue avec la courtoisie et l’hypocrisie minimales. Mais, alors que je lui tend la joue, il m’empoigne par les épaules et me projette violemment en arrière avant de tourner les talons et de repartir aussi sec. Tout cela sans un mot. La scène n’a duré que quelques secondes. Elle laisse les quelques témoins médusés ». Suite à cet incident, la directrice de cabinet et auteur du livre déposera une main courante au commissariat de Nanterre.

Mais le pire reste à venir notamment quand, suite aux dernières élections cantonales, Cinglé Picrochole, arrive à la soirée des résultats au Conseil général de Nanterre « accompagné de son épouse et entouré de sa bande de gros bras« . Il croise la directrice de cabinet : « Tu es encore là, toi ! », me jette-t’il méchamment (…) Ne t’inquiètes pas, on va te régler ton compte et très, très vite ! (…) Il me menace du doigt, son regard est plein de haine, sa voix, qui tremble de fureur monte dans les aigus. Je lui réponds : ah oui ? C’est vrai, on m’a prévenue que tu étais le genre d’homme qui frappe les femmes. L’épouse de Cinglé blêmit, recule d’un pas, secoue la tête et gémit en implorant son mari :  » Je n’ai rien dit, je te le jure, je n’ai rien dit… »

Voilà, décrit par une militante UMP de tout premier rang dans les Hauts-de-Seine, le personnage que Jean-Pierre SCHOSTECK présentait comme « son ami » sur son blog et qui s’est présenté aux suffrages des électeurs dans la 12ème circonscription des Hauts-de-Seine (Châtillon, Clamart, Le Plessis-Robinson, Fontenay-aux-Roses).

Au final, Cinglé Picrochole, alias Philippe PEMEZEC  a été battu par Jean-Marc GERMAIN, le candidat du Parti socialiste, de toute la Gauche et des démocrates.

Ouf ! On l’a échappé belle ! Merci Jean-Marc, merci les électeurs !