Archive pour mai 2011

Jean-Pierre Schosteck a de drôles d’amis…

dimanche 29 mai 2011

Pas une semaine ne passe sans que les élus  du groupe parlementaire de la « Droite Populaire« , à laquelle est adhérent notre député Jean-Pierre Schosteck, s’illustrent par des déclarations « sidérantes ». Cette semaine, le député des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, a déclaré souhaiter que les parents des délinquants mineurs soient obligés de partager avec leurs progénitures leur séjour en prison. Mieux, si l’on peut dire, Brigitte Barèges, député de la région Midi-Pyrénées, a comparé le mariage homosexuel avec la zoophilie : « une union avec des animaux« , a-t-elle déclaré.

« Nous voulons juste faire remonter les réactions du terrain que n’entendent pas le gouvernement ni les conseillers du président« , tente de justifier, Jean-Paul Garraud, un autre triste sire de ce groupuscule qui se situe de facto tout près du Front National. Justement, le rôle des politiques, ce n’est pas de faire remonter sans les qualifier toutes les imbécilités proférées sur le terrain par des crétins, mais de combattre ardemment les idées fausses qui opposent au final les gens entre eux et plombent le climat du pays et la démocratie. Que vient faire Jean-Pierre Schosteck dans cette équipe de demeurés ? Il est d’accord avec tout cela ?

URBANISME A VIVRE OU IMMOBILIER FRIC ?

jeudi 26 mai 2011

La séance du Conseil municipal de Châtillon du mercredi 25 mai nous a fait penser au film « Un jour sans fin » où le personnage principal recommence et revit  indéfiniment la même journée. En effet, combien de fois déjà avons-nous vécu ces séances de Conseil municipal où le maire essaie de faire passer à toute vitesse en le minimisant un projet immobilier dont même la plus rapide analyse indique qu’il s’agit d’un projet impactant bien au-delà du quartier choisi.

Après les ensembles de la Porte Nord (quartier Maison-Blanche), de la porte Sud (quartier des Sablons), les 75 000 m² de bureaux du quartier des Arues (vers les ateliers de la SNCF), les centaines de logements du quartier de l’Aérospatiale, le transfert projeté de la mairie dans ce même quartier, voici maintenant les 750 logements à construire sur les terrains de l’ONERA (rue de la Division Leclerc).

Bientôt des promoteurs conseillers municipaux ?

A chaque fois, le maire demande au Conseil de voter un changement du PLU, sans que l’on connaisse réellement les tenants et aboutissements du projet, son esquisse architecturale, son mode de financement, etc. Face aux demandes de l’opposition, il renvoie à une pseudo concertation qui ressemble beaucoup au fait accompli. Les promoteurs semblent d’ailleurs le plus souvent à l’origine des projets en ce sens qu’ils les arrangent toujours plutôt bien…  Par exemple, que la mairie soit transférée dans un immeuble, ancien siège de l’ex-Aérospatiale, classé donc difficilement réhabilitable, donc quasiment invendable, retire une belle épine du pied au promoteur qui pourrait dans l’opération faire au final une culbute de 15 à 20 millions d’euros. Pour vous donner un ordre de grandeur, cette somme correspond environ à 1/3 à 1/4 du budget annuel de la commune…

Les promoteurs semblent tellement imprimer le rythme des projets que le représentant d’Europe Ecologie – Les Verts au Conseil municipal a proposé que les conseillers municipaux soient remplacés par des représentants de BNP Immobilier, Bouygues Immobilier, Cogedim et autre Franco-Suisse. Châtillon ressemble en effet aujourd’hui à un grand chantier et pas seulement à cause de celui du tramway. On construit à tout va, dès la moindre parcelle laissée en friche, sans concertation avec les habitants, sans stratégie d’ensemble et en jetant allègrement le bébé environnement avec l’eau du bain. Quant aux équipements publics (crèches, terrains de loisirs et de sports, lieux culturels…), on n’a plus d’autres choix que de prier ou d’effectuer une danse primitive pour espérer qu’ils voient le jour.

Dans son programme municipal, le maire annonçait que si l’ONERA quittait Châtillon, il ferait sur ses terrains un éco-quartier. Encore raté, à moins que dans l’esprit du maire l’éco-quartier se limite à planter quelques arbres, à vendre quelques lombricomposteurs aux habitants et à disposer deux ou trois drapeaux « Châtillon, vile éco-responsable »…

Une classe sauvée aux Sablons

Un éclair dans la grisaille de ce Conseil : la fermeture d’une classe à l’école des Sablons a pu être stoppée par l’intervention parallèle du maire et de la conseillère générale PS de Châtillon. La mobilisation des parents aura aussi pesé d’un poids évident dans la décision du rectorat de se déjuger.

Où Jean-Pierre Schosteck prend ses désirs pour des réalités..

samedi 7 mai 2011

On peut lire récemment sur le blog de Jean-Pierre SCHOSTECK la phrase suivante : « Face aux mensonges de l’opposition, l’UMP doit la vérité aux Français sur le bilan de Nicolas Sarkozy et de la majorité ». S’ensuit un catalogue quasi-publicitaire retraçant les quatre premières années du mandat de l’actuel Président de la République.

Au même moment, la SOFRES et BVA publient un sondage sur le bilan de ces quatre années vues par les Français. Le sondage de la SOFRES : 76 % des Français jugent « plutôt négatif le bilan de l’action de Nicolas Sarkozy« , 17 % l’estiment « plutôt positif « et 7% n’ont pas d’opinion. Un sympathisant de l’UMP sur trois partage l’avis négatif des Français.

Le sondage de BVA : 73 % estiment que le bilan de Nicolas Sarkozy depuis 4 ans est « mauvais » (36 % « très mauvais »). Les sympathisants de droite sont 42 % à le juger eux-aussi « mauvais« .

Nous proposons donc à Monsieur Schosteck de réécrire la phrase de son blog comme suit : « L’UMP doit la vérité aux 73 – 76 % des Français sur le bilan de Nicolas Sarkozy et de la majorité  qu’ils jugent plutôt négatif ou mauvais »…

Comme le dit le comique Christophe Alevêque : « La connerie de Sarkozy du mardi fait oublier celle du lundi, celle du mercredi celle du mardi, celle du jeudi… Arrive le week-end, t’es largué, le lundi suivant ça recommence, à la fin du mois  on ne comprend plus rien, au bout d’un an tu lâches et la voie est libre. Il ne faut pas le suivre mais le précéder »…

Pendant ce temps-là, le Parti Socialiste travaille son projet de gouvernement pour 2012. « Putain, un an !« …