Archive pour octobre 2010

C’est celui qui dit qui y est…

jeudi 28 octobre 2010

Jean-Pierre Schosteck (député -maire UMP et sarkozyste) de Châtillon joue les vierges effarouchées parce que le Parti Socialiste a collé trois ou quatre affiches de Martine Gouriet, conseillère générale, sur une colonne Morris de la ville. Et sur son blog, il se fend d’un petit article intitulé « Halte à l’affichage qui pollue notre environnement« . On  savait qu’il n’était pas très compétent en matière d’environnement mais quand même. En quoi, coller une affiche sur une colonne censée être là uniquement pour que l’on puisse y coller des affiches polluerait notre environnement ? Poser la question, c’est déjà constater l’ânerie (en référence au théâtre des Deux-Anes qu’il apprécie) de l’attaque du député-maire. Sans doute la conséquence de la fatigue due aux longues séances au sujet du passage de la loi sur les retraites à l’Assemblée nationale. Jean-Pierre, attention au surmenage.

Il ne faudrait pas oublier non plus que c’est le même Jean-Pierre Schosteck, celui, ne l’oubliez jamais, qui vient  donc de voter  la loi injuste sur les retraites en tant que député UMP, qui a supprimé quasiment tous les panneaux d’affichage libre qui étaient sur la commune, ne conservant que les seuls panneaux administratifs sur chacun desquels  il colle sa propre photo (sans polluer bien sûr…) et où l’année dernière il a fait enlever toutes les photos de Martine Gouriet, conseillère générale sur la ville, qui informait tout naturellement les habitants de son existence et de ses jours et heures de permanence. Electeurs de Châtillon, faudrait tout de même pas confondre les affiches du PS qui polluent avec les affiches de l’UMP qui ne polluent pas. Au passage, vous ne manquerez pas de bien mesurer le niveau de cette pensée. On voit aussi  à travers ces façons de faire que Schosteck, lui, c’est d’abord la démocratie qu’il pollue.

Moscou, années 50…

Il est d ‘ailleurs intéressant de remarquer que ces élus de droite, dont il fait partie, qui ont toujours dit se battre contre le communisme n’ont de cesse, par leurs pratiques, de vouloir mettre en place une façon de fonctionner qui n’est pas sans rappeler l’Union soviétique des années 50 : comme là-bas à l’époque, l’oppositon n’a le droit que de se taire, comme là-bas on veut l’empêcher de s’exprimer et d’afficher ses idées, toujours nulles d’ailleurs et jamais financées selon eux. Et comme dans la Pravda de l’époque, dans « Châtillon Informations », le magazine de la ville, pourtant payé par tous les électeurs-contribuables, qu’ils soient de droite ou de gauche, on suprime toutes les photos qui pourraient laisser entrevoir un élu de l’opposition. Bref, tout pareil qu’à Moscou du temps de Staline. C’est d’un bonne psychanalyse dont ils auraient besoin, non ?

Pour ce qui est du programme du candidat UMP, celui choisi par Pemezec, le patron de l’UMP dans le 92 , le député invalidé en 2008 qui se fait, pour compenser la perte de son indemnité parlementaire, payer 5000 euros par mois par l’Etat pour faire des copier-coller sur internet, sa pensée politique se résume uniquement à lancer des anathèmes contre la conseillère générale socialiste. Très, très court comme programme et quelle pauvreté d’esprit ! Pathétique, même. Quant à Jean-Claude Carepel, le candidat choisi d’abord par Schosteck puis balayé au cours d’un dîner estival  par les pontes UMP du 92, il a du rentrer tout penaud à la niche. On compatit.

Quant au Parti socialiste, serein et responsable, ayant une autre idée de la politique que les provocateurs de la droite qui confondent agressions verbales avec programme pour les cantonales, il proposera prochainement aux Châtillonnais et aux Châtillonnaises un programme clair et précis pour ces prochaines élections. Tout comme il avait su le faire lors des dernières municipales avec son programme « 150 propositions pour Châtillon« .

Retraites : c’est loin d’être fini ! Manifestations jeudi 28 octobre.

mardi 26 octobre 2010

Lors de la dernière campagne des présidentielles, Sarkozy a dissimulé aux électeurs ses véritables intentions sur les retraites : « Je ne le ferai pas, ce n’est pas un engagement que j’ai pris devant les Français. Je n’ai donc pas de mandat pour faire cela. Et ça compte, vous savez, pour moi« , déclarait-il en 2009 avant de faire le contraire en 2010…

Face à ce gros mensonge et à cet autoritarisme méprisant du pouvoir, les Français redescendent dans la rue dans toute la France pour crier non à la réforme des retraites telle qu’envisagée par Sarkozy, l’UMP et Jean-Pierre Schosteck. Un projet où 90% des efforts devront être supportés par les seuls salariés, le capital et la rente restant une nouvelle fois épargnés. On doit trouver 20 à 25 milliards d’euros pour les retraites dans un contexte où le total des profits des entreprises du CAC 40 va représenter en 2010 plus de 40 milliards d’euros ! Sans compter leur trésorerie qui dépasse les 60 milliards d’euros. De qui se moque-t-on ?

La manifestation parisienne aura lieu jeudi 28 octobre de la Place de la République à la Place saint-Augustin, en passant par les Grands Boulevards.

Pour les socialistes et sympathisants, rendez-vous derrière la banderole du Parti Socialiste des Hauts-de-Seine à 13 heures, à l’angle de la rue Saint-Denis et du boulevard de Bonne -Nouvelle (M° Bonne-Nouvelle ou Strasbourg Saint-Denis).

Panneaux municipaux : ça l’affiche mal !

jeudi 21 octobre 2010

Le renouvellement de l’équipe municipale, annoncé à grands coups de tambour et de trompette par le député-maire UMP, Jean-Pierre Schosteck, pendant la dernière campagne des élections municipales en 2008,a depuis fait long feu. Certes, au début, toutes ces nouvelles têtes, ça faisait bien sur les affiches. Mais, comme par la suite, on ne leur a pas confié toutes les responsabilités promises durant la campagne, notamment pour ce qui concerne les candidates issues de ce que l’on appelle les minorités visibles, lassées, elles ont alors fini par s’en aller. Du coup, il a bien fallu refaire les affiches collées sur les panneaux municipaux qui regroupent les photos du maire, de ses conseillers municipaux et ceux de l’opposition.

Le maire, de plus en plus écologiste, en paroles, pas dans les actes, que l’on ne se trompe pas, en a profité pour se refaire une beauté et s’afficher avec une nouvelle photo sur fond de verdure et de petits oiseaux, faisant un peu ravi écologique à qui il ne manquerait plus qu’un papillon posé au beau milieu du crâne.

Là où ça se gâte, c’est que plus aucun conseiller municipal de la majorité UMP, pas plus que le maire d’ailleurs, n’est estampillé politiquement sur les nouvelles affiches. Les appartenances politiques des uns et des autres ont en effet complètement disparu. Circulez, il n’y a plus rien à voir. Il reste seulement des conseillers de la majorité, sans partis, point barre.

Certes, il est bien difficile pour l’UMP, en ses temps d’affaires de conflits d’intérêts ou de  bataille sur les retraites autour d’un projet largement rejeté les Français, de continuer à afficher sa couleur. Car aujourd’hui, le sigle UMP fait plutôt figure de repoussoir pour les électeurs déçus qui avaient un instant (fatal) cru au « travailler plus pour gagner plus » de l’homme du Fouquet’s. Quant à UPC (Union Pour Châtillon),le sigle de rechange pour l’UMP locale quand ça va mal pour elle, la récente polémique sur les micros-partis mis en place pour échapper à la règle sur le financement des partis, ce n’est pas terrible non plus. Alors on gomme tout… comme hier on a abandonné successivement les sigles UDR, RPR,…

Si la droite a souvent eu besoin de changer de sigle pour tenter d’échapper à la sanction électorale d’électeurs mécontents ou déçus de sa politique le PS, lui, s’est toujours affiché en tant que tel au cours de la Vème République.

Monsieur Schosteck, si vous avez le droit d’avancer masqué, encore que ce ne soit pas très démocratique, il serait plus honnête de tomber le masque et de s’afficher  pour ce que l’on est un militant de l’UMP,  soutien régulier à la politique et aux projets de lois de Sarkozy.

Faut pas avoir honte de ses engagements, faut tout simplement être capable de les assumer jusqu’au bout, face à ses électeurs, y compris quand arrive la tourmente.

Retraites : la pression est maintenue !

mercredi 20 octobre 2010

Les manifestations du mardi 19 octobre dans toute la France ont confirmé une fois de plus le grand niveau de mobilisation des Français contre le projet de Sarkozy et du gouvernement sur les retraites.

Les sénateurs de gauche ont mené en parallèle la bataille au Sénat en imposant le débat à une majorité de droite qui souhaitait se débarrasser au plus vite de la patate chaude. De fait, le vote sur le projet de loi qui devait avoir lieu mardi a du être reporté à au moins une semaine.

Martine Aubry, Ségolène Royal et Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale,  ont défilé ensemble lors de  la manifestation parisienne derrière la banderole du Parti Socialiste.

Sarkozy doit maintenant négocier sans plus attendre avec les partenaires sociaux !

Mardi 19 octobre, retraites : continuons la pression !

lundi 18 octobre 2010

Sarkozy et ses ministres multiplient les actions de communication pour décourager celles et ceux qui luttent contre leur projet pour les retraites. Mais, rien n’y fait, au contraire : les Français y sont toujours massivement opposés (voir tous les sondages d’opinion) y compris parmi l’ électorat de droite (30% contre…) et les manifestations ne faiblissent pas. Mercredi, le vote sur la loi doit intervenir au Sénat. Interrogé ce matin sur les ondes, Gérard Longuet, le président du groupe UMP au Sénat s’est déclaré pas complètement sûr que la loi puisse être votée ce jour-là, peut-être quelques jours après, a-t-il concédé…

Après les raffineries et les dépôts d’essence, voici les routiers qui entrent dans la lutte. Pas étonnant puisque vu leurs conditions de travail, ils n’ont guère goûté que l’âge de leur retraite soit repoussé de deux ans… Comme les lycéens insistent, il va y avoir du monde dans les rues de France mardi pour demander au gouvernement d’ajourner son injuste projet et ouvrir de vraies négociations car pour l’instant, il n’est pas allé au-delà de la concertation.

Manifestation Place d’Italie – Invalides :

Rendez-vous avec les socialistes à 13 h 30, au M° Gobelins, à l’angle de l’avenue des Gobelins et du boulevard Saint-Marcel.

Retraites : 3,5 millions dans la rue mardi. Combien samedi 16 octobre 2010 ?

vendredi 15 octobre 2010

Si aujourd’hui vendredi, le nombre de grèvistes a stagné voire diminué dans certains secteurs d’activité, cela n’est pas pour autant synonyme de recul de la mobilisation des Français contre le projet de Sarkozy. Les salariés savent que la lutte risque d’être longue face à l’obstination bornée du Président de la République et de son gouvernement. En ces temps de crise économique, les opposants au projet ne veulent pas s’épuiser financièrement par des grèves trop rapprochées.

A contrario, le nombre de manifestants ne cesse d’enfler à chaque nouvelle manifestation, ce qui témoigne bien du refus des Français. D’autant que les lycéens viennent maintenant se mêler à la lutte. Moins inconscients que ne le croient la droite et certains médias, ils ont bien compris que le projet de Sarkozy, soutenu allègrement par notre député-maire UMP, Jean-Pierre Schosteck, allait encore retarder leur entrée dans le monde du travail. Les anciens devant travailler plus longtemps, ils ne laisseront ainsi que plus tard leurs places aux jeunes. Faut pas être sorti de Saint-Cyr pour comprendre ça ! La droite n’en est d’ailleurs pas à une contradiction près : elle vient d’abaisser l’âge de la majorité pénale à 15 ans et en même temps, elle décrète que les lycéens (du même âge…) sont trop immatures pour pouvoir se mêler à la lutte. Va comprendre Charles…

Samedi 16 octobre, rendez-vous derrière la banderole du Parti Socialiste à partir de 13 h 30 devant le Cirque d’Hiver (M° Filles du Calvaire). Venez nombreux et en famille !

3,5 millions de manifestants : mobilisation en nette hausse contre le projet du Gouvernement sur les retraites

mardi 12 octobre 2010

Rien n’y fait : la propagande éhontée du gouvernement de ces derniers jours pour décourager les gens d’aller manifester a fait flop. Jamais depuis le début de la bataille contre le projet de Sarkozy il n’y avait eu autant de monde dans les rues de notre pays. Tout simplement parce que les Français ont compris la supercherie de ce projet trop injuste et aussi parce qu’ils voient bien que c’est toujours les mêmes qui doivent payer, lers riches étant une nouvelle fois épargnés ainsi que le capital.

Fillon, à peine moins impopulaire que Sarkozy, reste ferme en apparence. Mais au fond, c’est l’inquiétude qui gagne les rangs de la droite parce que le mouvement, loin de s’essoufler, enfle. Les jeunes ont aujourd’hui rejoint en masse les manifestations, ce qui met en colère la droite qui s’est promenée dans les médias mardi soir pour fustiger le Parti socialiste jugé par elle « d’irresponsable » !… Mais, c’est le projet du gouvernement qui n’est pas responsable !

Samedi prochain, le mouvement social  risque d’être encore plus fort. Selon les sondages d’opinion, plus de 70% des Français refusent cette réforme et parmi les 30% restants, nombreux sont ceux qui sont déjà en retraite et ne se sentent pas directement concernés.

SAMEDI, SOYONS TOUS DANS LA RUE CONTRE CE PROJET ANTI-SOCIAL QUI EPARGNE ENCORE LES GROSSES FORTUNES  ET FAIT LE LIT PAR AVANCE DES COMPAGNIES D’ASSURANCES QUI ONT DEJA PREPARE LEURS PRODUITS FINANCIERS DE COMPLEMENT DE RETRAITE QUE SEULS CEUX QUI ONT LES MOYENS POURRONT SE PAYER !

Retraites : encore plus nombreux le mardi 12 octobre dans les manifs !

lundi 11 octobre 2010

Rien n’est joué !

C’est voté à l’Assemblée nationale (y compris par Jean-Pierre Schosteck, notre député godillot de Sarkozy) et au Sénat ? Rappelez-vous le CPE : voté lui-aussi par les deux Assemblées, il n’a jamais été appliqué face à la mobilisation des Français. Faisons la même chose : par notre présence massive mardi dans les grèves et les manifestations, rendons caduque ce projet profondément injuste, qui ne règle rien, ni le financement des retraites par répartition, ni le pouvoir d’achat des retraités.

Avec le Parti socialiste, maintenons l’âge légal de départ en retraite à 60 ans, avec des protections pour les salariés ayant commencé à travailler tôt. Prenons notament en compte réellement la pénibilité de certaines tâches et faisons participer à l’effort national les revenus du capital et les banques.

Vous voulez manifester dans les rangs du Parti socialiste ? Rendez-vous à partir de 13 h 30 à l’angle de la rue Bonaparte et du Boulevard Saint-Germain (M° Saint-Germain des Près).

Mardi 12 octobre : encore plus nombreux-ses pour nos retraites !

Jean-Claude CAREPEL (UMP), élu Pinocchio du mois

mercredi 6 octobre 2010

Jean-Claude CAREPEL, le vrai-faux candidat de l’UMP aux prochaines élections cantonales à Châtillon (20 et 27 mars 2011) écrit sur son blog au sujet du nouveau marché qui vient d’ouvrir à Maison Blanche près du Bricorama : « L’opposition a essayé de retarder l’échéance par divers moyens mais nous avons tenu le cap et l’engagement pris lors des élections municipales a été tenu ». Oui, mais c’est de l’engagement de la liste de l’opposition « Châtillon Avenir » dont il s’agit… L’ouverture d’un marché dans le quartier Maison Blanche faisait en effet  partie des 150 propositions de la liste emmenée par Martine GOURIET (Parti Socialiste) et d’elle seule. Point de proposition de ce genre sur tous les papiers distribués par l’UMP pendant la campagne électorale des Municipales, nous les avons tous gardés et nous pouvons vous les montrer. Il s’agit donc d’un grand et beau mensonge du sieur CAREPEL que l’on excusera toutefois car il doit être sens dessus dessous dans sa tête après s’être fait virer du poste de candidat UMP aux prochaines cantonales par les caciques de l’UMP du département des Hauts-de-Seine.

Pathétique…

Quant au fait que l’opposition aurait retardé un projet qui était quand même le sien, donc elle s’amuserait à se tirer toute seule une balle dans le pied, on reste dans le même registre du mensonge et de la calomnie. Qu’aurait fait l’opposition pour mériter cette fausse indignation ? En Conseil municipal, elle avait tout simplement souligné que le contrat avec le concessionnaire du marché était léonin, au détriment des finances municipales, tout comme d’ailleurs celui qui régit depuis 1990 le marché en centre ville, une concession d’une durée de 40 ans (!) déjà critiquée en son temps par la Cour régionale des comptes. Le maire ayant balayé l’observation de l’opposition d’un revers de la main, Martine GOURIET a du saisir le Préfet du département… qui lui a évidemment donné raison. Du coup, le marché Maison Blanche, s’il est bien ouvert et ceci sans aucun retard, est aujourd’hui géré en régie directe par la Mairie. Une nouvelle consultation pour trouver un concessionnaire devra avoir lieu afin que la ville de Châtillon puise bénéficier de conditions financières plus avantageuses. Défendre les finances de la ville donc de ses habitants, voilà ce que Mr CAREPEL appelle « retarder l’échéance ». A ce niveau d’argument, on ne peut dire qu’une chose : pathétique. Si la droite en est à utiliser le mensonge et la calomnie, c’est qu’elle doit être au plus bas. Comme la cote de popularité de son mentor, Nicolas Sarkozy, dans les sondages. Encore un petit effort et on va toucher le sable.