Archive pour janvier 2009

Venez nous rencontrer demain mercredi 28 janvier à partir de 17 h 00 au pied du métro Chatillon Montrouge

mardi 27 janvier 2009

Nous serons demain 28 janvier 2009 au métro Chatillon Montrouge à partir de 17 h 00 pour une distribution de tracts présentant le contre-plan de relance proposé par la Parti socialiste et pour appeler l’ensemble des habitants de Châtillon à se mobiliser pour la grande journée de grève interprofessionnelle du 29 janvier 2009.

29 janvier 2009 : les socialistes chatillonais seront aux côtés des manifestants.

mardi 27 janvier 2009

Tous les syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, UNSA) ont appelé les salariés du privé et du public, les chômeurs et les retraités, à une journée nationale de mobilisation interprofessionnelle le 29 janvier 2009 afin de d’obtenir des mesures à la hauteur de la crise.
Pour répondre à l’urgence de la crise, les syndicats ont rendu public le 5 janvier 2009 une plateforme revendicative commune proposant des mesures concrètes en faveur de l’emploi, du pouvoir d’achat et de la sauvegarde des services publics.
Le plan de relance proposé par le gouvernement n’a évidemment pas tenu compte des propositions des syndicats. Les mesurettes avancées ne sont pas à la hauteur de la crise, loin sans faut.
Il ne faut pas uniquement des mesures d’aide aux entreprises, aux établissements financiers, il faut des mesures concernant l’emploi, concernant le pouvoir d’achat. Il faut que cesse le démantèlement des services publics.

Bien sur, Raffarin nous l’a expliqué en son temps, « ce n’est pas la rue qui gouverne ». Bien sur, Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à ironiser sur le faible impact des grèves en France.
Et pourtant. C’est grâce à la mobilisation de la rue qu’il a reculé sur le CPE, la réforme des Lycées ou le Travail dominical.
Le Parti socialiste a appelé ses militants et ses élus a participé massivement à cette journée de mobilisation, appel qui a été relayé au niveau fédéral et auquel nous, militants socialistes châtillonnais, entendons répondre pleinement.

Ensemble, donnons de l’ampleur à ce mouvement. Exigeons une autre politique en faveur de l’emploi et du pouvoir d’achat.

20 janvier 2009 : Un vent de démocratie s’est levé aux Etats Unis, le blizzard de la censure paralyse le parlement français.

lundi 26 janvier 2009

Devant notre petit écran, au volant, coincé dans les embouteillages à écouter la radio, nous avons été très nombreux à écouter, ce mardi 20 janvier 2009, le discours d’investiture de Barak OBAMA.
Un grand moment de démocratie. D’abord , comme il le dit lui-même, il s’agit de l’investiture d’ un » homme dont le père, il y a moins de 60 ans, n’aurait peut-être pas pu être servi dans un restaurant de quartier ».
Pour Barak OBAMA, « la démocratie fait chaque citoyen qui, par son action, doit accompagner la prise de responsabilité de l’Etat ». Et d’ajouter un peu plus tard: « la sécurité ne peut se faire aux dépens des libertés. »
Nous partageons avec tous ceux qui suivent en direct cet événement le même soulagement de voir Bush et son équipe de néoconservateurs va-t-en guerre quitter la maison blanche et le même espoir qu’une nouvelle ère nouvelle ère a débuté, que le changement est en marche.

Barack Obama a pris une décision symbolique, la première : comme il l’avait promis, la prison de Guantanamo sera fermée d’ici un an. L’Amérique est fière à nouveau, fière du visage qu’elle offre au monde.

Ironie de l’histoire : au moment même où la démocratie reprend des couleurs aux Etats Unis, à Paris, à l’assemblée nationale, le gouvernement français tente de passer en force l’article 13 du projet de loi organique. Il s’attaque au droit d’amendement, c’est-à-dire au principal outil du travail parlementaire. Or, dans une démocratie, le Parlement est le lieu où s’écrit la loi et l’amendement est pour les membres de la représentation nationale, élus au suffrage universel, le moyen de la préciser et de l’enrichir. 

Mais pour le gouvernement, il est devenu une entrave. 


CPE, OGM, Grenelle de l’environnement, audiovisuel public, travail du dimanche, ces textes récents ont démontré tout l’intérêt du travail parlementaire et d’un débat démocratique transparent ! Toucher au droit d’amendement, c’est toucher la capacité des associations, des syndicats, de milliers d’acteurs de la société civile à faire entendre leurs points de vue.
Sans droit d’amendement, comment l’opposition pourra-t-elle demain préserver l’indépendance du juge d’instruction ?
Pour que la France reste une démocratie, il est indispensable de nous mobiliser tous aujourd’hui pour défendre le droit inaliénable pour chaque parlementaire de modifier le cours d’une loi.
Leur droit d’amendement, c’est aussi notre liberté d’expression. C’est pourquoi nous vous invitons à défendre les droits du Parlement en signant dès aujourd’hui la pétition du groupe socialiste à l’assemblée nationale. Vous trouverez toutes les informations sur www.amendement.over-blog.com.
Rejoignez nous nombreux pour que le vent de démocratie qui s’est levé aux Etats Unis atteigne très rapidement les côtes de notre terre de France.

Les propositions du Parti socialiste pour sortir de la crise

mercredi 21 janvier 2009

Lors de ses voeux à la presse présentés lundi 19 janvier 2009, en présence de toute la direction du parti socialiste, la 1ére secrétaire du Parti Socialiste a déclaré :  » C’est vrai, vous m’avez peu entendue, mais nous avons beaucoup travaillé ». Au sujet des méthodes de travail, Martine Aubry a tenu à préciser aux journalistes présents qu’elle « ne confonds pas activisme et action, agitation et mouvement, autorité et autoritarisme, mise en scéne de soi et mise en scène d’un projet. Mais, soyez-en sûr : je suis là pour remplir toutes mes responsabilités ».

Martine Aubry a également annoncé la publication mercredi 20 Janvier d’un contre-plan de relance du PS face à la crise et le dépôt en fin de semaine d’une motion de censure à l’Assemblée nationale pour pouvoir dire clairement que rien n’est fait pour changer la donne en France.

Elle a précisé que ce plan serait  » global, massif, et aux effets immédiats ».

Car est force de constater que le plan de relance de Sarkozy est insuffisant. Sur 26 milliards d’euros annoncés, seuls 4 ou 5 sont vraiment allés à l’économie réelle.

« Le vrai plan de relance pour le pays »

Ainsi dénommé par Martine Aubry, le plan de relance du Parti Socialiste prévoit 50,5 milliards d’euros financés par la suppression du paquet fiscal (9,5 milliards en 2009), un endettement de 10 milliards et 31 milliards de dépenses publiques.

La répartition de ces 50, 5 milliards :

– 8 milliards pour le soutien à l’investissement (construction de logements sociaux et d’urgence, financement de la recherche dans les PME, investissements dans les hôpitaux, etc.)

– 10 milliards d’intervention en capital dans l’industrie et les PME

– 15, 7 milliards pour revaloriser le pouvoir d’achat (500 euros pour tous les bénéficiaires de la prime pour l’emploi et de minima sociaux, baisse d’un point de la TVA à 18,6%, hausse de 10% des allocations logements et généralisation du chèque transport, etc.)

– 16,8 milliards d’aides à l’emploi (100 000 contrats verts et asssociatifs, gel de 50 000 suppressions d’emplois dans les services publics, allongement de 6 mois de la durée d’indemnisation du chômage, etc.).

On le voit, le plan de relance proposé par le Parti Socialiste, au contraire de celui de Nicolas Sarkozy, propose au côté des investissements, un volet consommation et pouvoir d’achat non négligeable. Avec ce projet, nous avons donc bien les deux jambes de la croissance. 

Ces propositions si elles étaient mises en place bénéficieraient quasiment à tout le monde et plus particulièrement à ceux et celles qui en ont le plus besoin aujourd’hui. Ce qui  veut dire pour Châtillon où vivent maintenant 32 000 habitants,  plusieurs centaines d’habitants parmi les plus défavorisés. Rappelons que dans notre bonne ville de Châtillon, près de 1000 personnes étaient en 2005 déjà recensées par le Conseil général du 92 comme vivant sous le seuil de pauvreté, une statistique qui depuis a , hélas, du progresser dans le mauvais sens.

AFFICHAGE MUNICIPAL à Châtillon : chassez le naturel, il revient au galop.

mercredi 21 janvier 2009

Le Maire de Châtillon vient de prendre une bonne décision, à savoir afficher dans toute la ville, sur les panneaux officiels, la liste et les photos des conseillers municipaux de la majorité comme ceux de l’opposition.
Mais comme si cet acte démocratique lui donnait des remords, il s’est empressé, dans le même temps de faire disparaître de ces mêmes panneaux l’affiche de Martine Gouriet, Conseillère Générale PS de Châtillon, dont la a circonscription de conseillère générale recouvre exactement le territoire de la ville.
Un malheur n’arrivant jamais seul, dans sa précipitation, le Maire a souligné les photos des conseillers de l’opposition d’appellations fantaisistes, en tout cas ne correspondant pas à la réalité.
Nous avons donc demandé au Maire qu’une nouvelle affiche des conseillers municipaux avec les bonnes appellations soit le plus rapidement possible confectionnée et affichée sur les panneaux municipaux et que celle de Martine Gouriet conseillère générale, retrouve tout simplement la place qu’elle n’aurait jamais du quitter. Et nous ne cessons de lui demander, en vain pour le moment, et malgré de multiples rappels, un local pour l’opposition municipale, comme la loi française l’y oblige pourtant.

Net regain de popularité pour Martine AUBRY

samedi 3 janvier 2009

« Martine AUBRY » s’affirme à la tête du PS, titre Le Parisien. Pour ce quotidien, il s’agit d’un « retour gagnant pour Martine AUBRY». Et d’écrire plus loin : «  Même s’il est encore un peu tôt pour parler d’un effet durable dans l’opinion, la nouvelle première secrétaire du parti socialiste, qui a animé hier soir son premier face à face avec les troupes de Ségolène ROYAL lors du bureau national du parti, bénéficie d’un net regain de popularité depuis sa désignation ». Ce regain de popularité, déjà enregistré par un sondage effectué par l’institut BVA fin novembre, est confirmé par l’enquête de l’IFOP publiée jeudi par l’hebdomadaire Paris Match. Martine AUBRY enregistre en effet à cette occasion et auprès des Français un bond de 9 % de ses opinions favorables, ce qui la porte au total à 67 % d’opinions favorables. La progression est encore plus forte auprès des sympathisants socialistes puisque son score de bonnes opinions atteint 88 % ! Ce qui fait dire à Frédéric DABI, le directeur de l’IFOP, que « l’on n’est pas loin d’un record ». Et Le Parisien de commenter : « Après une longue période de déchirement au sein du PS, Martine AUBRY bénéficie clairement d’un effet de légitimation. Elle est désormais perçue par le peuple de gauche comme l’opposante numéro un à Nicolas SARKOZY ».