Archive pour septembre 2008

MORIBOND, LE PARTI SOCIALISTE?

vendredi 26 septembre 2008

Depuis plusieurs semaines, dans les médias, les éditorialistes de tous poils, rabâchent à longueur de journée, et à s’en saouler, que le Parti socialiste, ça ne serait plus ça. Empêtré dans la guerre des chefs, il serait devenu inaudible pour la plupart des Français. seuls François Bayrou et Olivier Besancenot seraient à même de continuer à faire front à Sarkozy et à son gouvernement. Chronique d’un décés annoncé : le Parti socialiste n’en aurait plus que pour quelques temps, celui d’un Congrés, avant de disparaitre du paysage politique de notre pays…..Et puis, patatras, les résultats des élections sénatoriales de dimanche dernier viennent tout mettre par terre : en gagnant 21 nouveaux siéges, le Parti Socialiste, comme l’écrit le journal Le Monde daté du 23 Septembre, «  va au-delà de l’effet mécanique lié aux précédent scrutins locaux « . En effet, les victoires du PS aux derniéres régionales et municipales laissaient entrevoir une progression d’une dizaine de siéges environ. Mais, là, +21 ! Et même +23 pour la gauche si l’on y ajoute les gains d’un sénateur chacun pour le PCF et pour les radicaux de gauche. Quel succés !
Comme quoi, l’artillerie lourde de la droite avec ses grosses Bertha médithiques, ça ne suffit pas à faire prendre aux Français des vessies pour des lanternes. multiplication des taxes à propos de tout et de rien, recul des services publics sur les territoires ( l’armée et la Poste ), la baisse du pouvoir d’achat, tout pour les riches, la réduction des dotations budgétaires aux collectivités locales, le chômage qui repart etc…., tout cela a un prix que les grands électeurs des sénatoriales, souvent des conseillers municipaux, ne veulent pas payer. pour parler clair, la droite vient de prendre une vraie bonne baffe et sur un terrain qui lui était à priori favorable. Saura-t-elle retenir la leçon ? Pas sûr….

Qui c’est, les vrais démocrates ?
Pendant ce temps-là, le Parti socialiste entreprend sa reconstruction dans le cadre des discussions précédent son congrés de Reims en novembre. Un premier débat autour des contributions a permis de rassembler autour de quelques motions la vingtaine de contributions du début. Ensuite, ce sera aux adhérents de décider, puis dans un deuxiéme temps, d’élire un ou une premiér(e) secrétaire, lors d’un vote physique à bulletins secrets, comme pour les élections politiques. Tout cela ressemble fort à la démocratie, non? En tout cas, cela n’a rien à voir avec le parti de l’actuel Président de la République que l’on prend à la hussarde et dans lequel on s’auto proclame candidat aux présidentielles. Certains osent appeler cela le modernisme en politique. Nous, on pense que ce sont plutôt des pratiques trés anciennes qui scandent la vie de l’UMP au quotidien. On les daterait de la période bonapartiste, du début du XIXéme siécle…. Cela nous rajeunit pas.
N’en déplaise aux thuriféraires et autres léches-bottes du pouvoir, le débat démocratique, le pluralisme des idées, l’élection des dirigeants par un vote de tous les adhérents, c’est bien au Parti Socialiste qu’on les trouve. En témoigne le prochain Congrés de Reims, les débats et votes qui le précédent comme ceux qui vont le suivre.