François PUPPONI dément les médias et la droite.

Voilà plusieurs semaines que les médias nous serinent à longueur de journée que le PS est moribond, qu’il n’en finit plus de mourrir, qu’il n’y a que Besancenot d’opposition réelle à Sarkozy, qu’au PS c’est la guerres permanente,etc. Nous qui sommes tous les dimanches sur le marché de Châtillon à distribuer des tracts pour informer la population de nos propositions pour les municipales ou du programme de nos candidats aux législatives de Janvier 2008, nous sommes assez circonspect devant ce déluge d’assertion. Nous, on a l’impression que le PS est toujours vivant : Châtillon serait-elle une enclave au milieu d’une France qui se désespérerait de la Gauche et du PS? Heureusement les faits sont têtus,même s’ils ne bénéficient pas de la même couverture médiatique des critiques contre le PS : à côté de Sarcelles, les électeurs ont une toute autre idée des choses. Appelés à revoter pour les législatives suite à la nomination de l’ancien député Dominique Strauss-Khan à la tête du FMI, les électeurs de la circonscription en question ont réélu au deuxiéme tour, dimanche dernier, un candidat socialiste, Frank Pupponi. Celui-ci a obtenu 54,34% des voix contre 45,665% à la candidate UMP. Pire au premier tour, le candidat socialiste a amélioré de quelques points le score enregistré par le PS lors de la précédente élection. Patatras! Tout le discours des médias, qui appartiennent tous ou presque aux puissances de l’argent, et dont les patrons étaient tous ou presque au Fouquets’s  le soir du deuxiéme tour des présidentielles, s’abat comme un vulgaire jeu de cartes. Qu’à cela ne tienne, Carla Bruni arrive qui fera bien écran de fumée pour quelques jours sur la politique néfaste de la droite et les avatars du président Sarkozy ( ah! la visite de Khadafi à Paris quel spectacle!). Mais le petit jeu de Nicolas commence à faire long feu.

Quels que soient les instituts de sondage, tous enregistrent une baisse réguliére du nombre de Français satisfaifs : moins 3% par mois en moyenne. A ce rythme, la gauche va refaire surface plus vite qu’il ne le prévoyait. Déjà le 27 Janvier pour la législative de Châtillon-Clamart-Fontenay aus Roses-Le Plessis Robinson, on peut penser que les 3000 voix d’avance de la droite enregistrée l’année derniére auront fondu au soleil. Et qui sait? L’histoire a montré que les électeurs n’aimait pas trop qu’on leur tienne la main. A Châtillon, ils vont avoir bientôt l’occasion de répondre aux médias et aux marionnettistes qui les animent.

Laisser un commentaire